Handicap, santé, alimentation

Description :

Notre projet, MyReVe, est une plateforme de diffusion de programmes thérapeutiques automatisés de réalité virtuelle qui s'adresse directement aux personnes atteintes de phobies sans consulter de professionnel de santé.
L’innovation essentielle de notre projet réside dans la diffusion de la thérapie par réalité virtuelle dont l’utilisation reste à ce jour limitée, en France, à deux hôpitaux universitaires. En effet, dans le cadre de la recherche clinique, nous développons depuis de nombreuses années à la Pitié avec le CNRS des protocoles de soins utilisant cette technologie. Nous avons validé ce nouveau type de traitement par des publications scientifiques. Par ailleurs, l’efficacité de la thérapie par réalité virtuelle dans le traitement des phobies a été démontrée par de multiples publications internationales dès les années 90. Le défi de cette nouvelle technologie est désormais son utilisation à large échelle. Notre projet est innovant aussi de par la technologie en elle-même proposée : la réalité virtuelle, qui correspond à des environnements crées numériquement et visualisés en trois dimensions dans lesquels il possible de se déplacer. L’application d’une technologie dans le domaine de la psychiatrie est un autre élément innovant de notre projet. De plus, notre approche est innovatrice par deux aspects. Premièrement, nous proposons des séances de thérapie par réalité virtuelle automatisées. Ainsi, l’utilisateur est guidé au cours sa navigation dans l’environnement virtuel par des instructions vocales. Deuxièmement, nous nous adressons directement aux personnes atteintes de phobie sans consultation chez un psychiatre qui peut être vécue comme stigmatisant.
Notre plateforme propose à domicile aux personnes souffrant de phobies des exercices de difficulté croissante de mise en situation en réalité virtuelle selon les principes de la thérapie cognitivo-comportementale (par exemple balcon en cas de peur des hauteurs), des techniques de relaxation, une information claire et adaptée sur les phobies et la possibilité pour les utilisateurs de rentrer en contact les uns avec les autres.
Ce projet est utile car il permet aux personnes atteintes de phobies handicapantes d’avoir accès à une solution qui leur semble acceptable En effet, le traitement de référence selon la HAS est la thérapie cognitivo-comportementale. Cependant, les personnes concernées ignorent le plus souvent qu’il existe ce traitement et ne souhaitent pas voir de psychiatres (d’après notre étude de marché seul 8% des personnes phobiques souhaitent être accompagné par un psychiatre). De plus, peu de praticiens sont formés à cette technique de psychothérapie. La thérapie par réalité virtuelle, dont l’efficacité est, pour rappel, démontrée dans la littérature scientifique, apparaît pour ces personnes comme une solution adaptée à leur problème (notamment de par le caractère ludique et nouveau). Enfin, la diffusion de la thérapie par réalité virtuelle via notre plateforme, permet de réduire les délais d’attente de plusieurs mois dans les hôpitaux universitaires. Nous nous positionnons en bien être.
Les fonds seront utilisés pour développer le programme avec une adaptation des environnements virtuels que nous avons déjà validés à la Pitié (mises en place d’instructions vocales) ainsi que la mise en place de la partie suivi de l’utilisateur (message de rappel, suivi des séances, ..). A ce jour, nous disposons d’environnements pour la peur des hauteurs et d’être enfermé ; nous souhaiterions nous positionner aussi sur d’autres phobies (peur de l’avion, peur des animaux).
Nos partenaires sont l’incubateur Paris Biotech Santé, HEC Challenge Plus et la SATT Lutech. La délégation ministérielle nous a permis d’être présent aux Journées Nationales de l’Innovation en santé et le Fond Hospitalier de France à Virtuality (salon de réalité virtuelle).
Notre structure est une SAS avec deux actionnaires : Gilles Rautureau, ingénieur CNRS et moi-même, médecin psychiatre

MyReVe

Localisation : France

Notre idée est utile car elle permet à des personnes handicapées par une phobie d'avoir accès à une technique efficace pour diminuer leur peur sans consulter de psychiatre (vécu comme stigmatisant), attractive et sans un délai, comme c'est le cas actuellement dans le cadre de la recherche clinique.