Environnement, biodiversité, énergie

Description :

CiTIQUE, un programme de science collaborative pour mieux connaitre les tiques et les maladies qu'elles transmettent.

La promenade et la randonnée font partie des activités préférées des Français. Que ce soit en forêt, dans le bocage, les parcs ou en montagne, les milieux naturels offrent aux citoyens français un écrin favorable et diversifié pour se détendre, marcher ou pratiquer un loisir.
Mais ces citoyens et plus particulièrement dans le Grand Est, avides de calme et de verdure, voient depuis quelques années leurs espaces de nature envahis par de petits acariens pas plus gros qu’une tête d’épingle : la tique.
Avec elle, la maladie de Lyme progresse et devient un problème de santé publique. En France, 26 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués en 2014, 33 000 en 2015 et 54 600 en 2016 selon le réseau Sentinelles. Souvent considérée comme une « maladie invisible », difficile à diagnostiquer et à traiter, la maladie de Lyme pâtit notamment d’une insuffisance de connaissances sur l’écologie des tiques (principalement Ixodes ricinus), vecteurs de la bactérie Borrelia burgdorferi, principale responsable de la maladie. L'INRA étudie depuis de très nombreuses années les tiques et les maladies qu’elles transmettent. Ces recherches, longtemps peu connues du grand public, ont apporté de nouvelles connaissances mais de larges zones d’ombre essentielles à la compréhension des maladies transmissibles par les tiques subsistent néanmoins (Zylberman et al 2014, Vayssier-Taussat & Salomon 2016). Par exemple, du fait du petit nombre de laboratoires travaillant en France sur ce sujet, il est difficile de suivre les populations naturelles de tiques sur la durée dans des environnements variés, au fil des saisons et à différentes heures de la journée. Ainsi, nous ne savons pas si les densités de tiques en France sont en augmentation même l’influence du réchauffement climatique (les tiques se retrouvent plus nombreuses en altitude et en latitude) ou la gestion des milieux agricoles et forestiers (enfrichement, explosion des populations de cervidés, …) pourraient expliquer une augmentation des populations de tiques. Les milieux urbains comme les jardins sont aussi impactés comme le prouve les premières observations de l’application Smartphone dédiée au projet "signalement tique".

En conséquence, notre association propose d’organiser pour les 2 ans qui viennent avec l’INRA et nos partenaires (ANSES, Ministère de la Santé, ...) la collecte des tiques piqueuses, en prenant appui sur les citoyens, en assurant l’animation d’un réseau de bénévoles (voir photo d'un café kit en annexes) et de partenaires « relais » (médecins, pharmaciens, associations) sur le territoire du Grand Est. La prévention sera aussi au cœur de nos actions à travers différentes formes d’interventions en direction des publics (conférences, ateliers, stands, campagne de communication).

Ce programme s'appuie sur partenariat éprouvé entre le CPIE, association d'éducation à l'environnement et l'INRA Grand Est en particulier sur la mise en oeuvre de programme de sciences participatives.

Le programme proposé par le CPIE et ses partenaires vise donc à répondre à plusieurs enjeux:
• Un enjeu de recherche avec la participation des citoyens et des professionnels de la nature et de la santé à cet effort collaboratif
• Un enjeu d’utilisation par les citoyens des espaces naturels (et qui questionne alors les pratiques de gestion de ces milieux)
• Un enjeu de santé publique

Les objectifs sont les suivants :
• Faire progresser les connaissances scientifiques sur l’écologie des tiques
• Co-construire les questions de recherche et créer des moments de rencontre et de débats avec les différents acteurs (chercheurs, citoyens, professionnels)
• Permettre le développement de nouveaux outils de prévention des maladies transmises par les tiques
• Organiser une collecte de tiques piqueuses sans précédent, unique en France et accessibles à tous les chercheurs

Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement Nancy Champenoux

Localisation : Champenoux

Le projet CiTIQUE vise à faire participer les citoyens et les professionnels de la nature et de la santé à l'effort scientifique. Il permettra également de trouver des solutions de prévention et de limitation de la propagation de la maladie.
Un effort avec et au service de toutes et tous !