Environnement, biodiversité, énergie

Description :

Le projet Wil’Bon prévoit de concevoir et de commercialiser des sauces, des marinades, des
compotes, des confitures à partir des fruits et légumes invendus au niveau de l’agriculture.

Wil’Bon est une phrase en créole qui veut dire « Oui c’est bon ». S’inspirant de l’économie
circulaire, l’objet principal de Wil’Bon est de revaloriser ces fruits et légumes invendus et
susceptible d'être jetés. Ces derniers ne rentrent pas dans le circuit économique et
commercial pour des raisons de calibrage, de surproduction, d’aspect visuel et physique,
d’effet pervers du marché (prix concurrentiel très bas par exemple)...

Le concept de la société est de fabriquer ses produits à partir de matières premières
collectées. Donc une revalorisation de fruits, de légumes et de légumineuses issus des pertes
alimentaires chez les agriculteurs en leur donnant une seconde vie. Ce sont des légumes
utilisés comme condiment, des fruits et des légumineuses divers.
Nous savons que plus de 20% environ de la production agricole est perdu dans les champs.
On ne doit pas produire pour jeter. L'empreinte carbone et en eau, l'énergie utilisée pour
cette production sont aussi à prendre en compte. Notre objectif est de collecter directement
dans les champs. La collecte des légumes et fruits moches et non calibrés pourra représenter
dans un premier temps 25 à 40% de matières premières dont l'entreprise aura besoin. Ces
matières premières seront transformées en suivant les normes d'hygiènes et sanitaires, pour
faire en final une mixture de plusieurs légumes ou fruits broyés ou moulus. En produit fini,
nous aurons des épices exotiques, des sauces et marinades très utilisés dans la cuisine
antillaise et qui commence à être répandus dans les habitudes des français. Ces produits
donnent une bonne saveur aux mets et feront voyager nos clients.

Nous cherchons à travers ce projet avoir un impact qui sera à la fois économique, sociale et
environnementale. Ce que nous appelons nos trois piliers.
Economique : Nous sommes de nos jours dans une société de surproduction et de
surconsommation. Entre ces deux, le solde est la perte visible et invisible de production. Nous nous intéressons à ce solde, à cette perte. La collecter, l’analyser, la transformer, en un d’autre terme, la revaloriser pour une utilisation optimale... Ce qui veut dire la création de nouveaux emplois, faire entrer de nouveaux flux économique dans la production nationale...
Sociale : Créer une communauté sensibilisée sur l’impact des pertes. Cette communauté aura en amont les producteurs agricoles et en avale les particuliers et distributeurs.
Environnementale : Derrière un fruit ou légume perdu il y a : le temps, le travail, l’empreinte
carbone, la terre utilisée, l’empreinte en eau... Un agriculteur ayant perdu des tonnes de produits en une année aura tendance à augmenter sa production l’année suivante. Ce qui aura des impacts environnementaux. Revaloriser les pertes des agriculteurs peut participer à la protection de la planète.
Nous distribuons nos produits finis dans des épiceries fines, des épiceries spécialisées, des marché locaux, dans des supermarchés collaboratifs et participatifs.

Samuel JOSEPH

Localisation : Rennes

Nous cherchons à travers ce projet avoir un impact qui sera à la fois économique, sociale et
environnementale. Ce que nous appelons nos trois piliers.