Environnement, biodiversité, énergie

Montant de financement : 0€ - 50 000€

Description :

[CONTEXTE]
Impossible d’y échapper, les mégots de cigarette sont partout : dans la rue, devant les restaurants, ou encore aux pieds des bâtiments universitaires. Aujourd'hui, le jet de mégot est devenu un geste banal et automatique. Il est le déchet le plus jeté au monde. Chaque année, les français jettent 30 milliards de mégots par terre. En moyenne, il faut 12 ans pour que ces mégots se dégradent complètement, un temps durant lequel les substances chimiques qu’il contient, comme l’arsenic, le chrome ou le cadmium peuvent s’infiltrer dans les sols et les eaux, et les polluer. C’est également un des déchets le moins recyclé.

[LE PROJET POSE CLOPE]
Selon une étude, 86 % des fumeurs considèrent le mégot comme une pollution mais 75 % le jettent quand même par terre. Nos intentions sont bonnes mais nos actions concrètes le sont beaucoup moins. La raison est simple : nous n’agissons pas de manière rationnelle. Nous sommes sans arrêt influencés par nos émotions, notre environnement proche, ou encore les normes sociales. C’est pourquoi je souhaiterais m’inspirer d’une approche récente : le « nudge » (« coup de pouce » en français), qui correspond à des actions qui ont pour but d'inciter les individus à adopter un comportement favorable envers l’environnement. Une des clés de l’approche nudge est de créer des dispositifs simples, ludiques et innovants ! Mon projet Pose Clope est de mettre en place 3 types de nudges dans le centre-ville de Strasbourg pour inciter les fumeurs à ne plus jeter leur mégot par terre.

[LES DISPOSITIFS]
Le 1er type de dispositif (photo n°1) se veut interactif et permet aux citoyens de donner leur avis en répondant avec leur mégot à des questions portant sur des sujets du quotidien ou des sujets écologiques. Afin d’éviter une certaine lassitude, celles-ci seront changées toutes les semaines. Les résultats des votes pourront être retrouvés sur la page Facebook du projet.

Le 2e type de dispositif (photo n°2) part du constat qu’environ 45 % de nos actions quotidiennes ne sont pas de vrais choix, mais des habitudes ou routines. L’habitude de « jeter son mégot à la poubelle », par exemple, n’est pas toujours présente à l’esprit au moment où il serait utile qu’elle le soit (si nous sommes en pleine discussion avec un collègue, par exemple). Il faut donc capter l’attention au moment où la décision est prise. C’est de ce constat qu’est né le 3e dispositif. Il s’agit de plusieurs empreintes de pas vertes allant du lieu où les fumeurs ont l’habitude de fumer vers des cendriers.

Le 3e type de dispositif (photo n°3) met en compétition plusieurs groupes/endroits. « Quel est l’université / le bar / le quartier le plus écoresponsable ? ». Jeter son mégot dans un cendrier devient alors une joyeuse compétition où le sentiment de participer au respect de l’environnement s’accompagne d’une gratification future.

[L’ÉVALUATION DES DISPOSITIFS]
Des statistiques seront effectuées afin de tester l'efficacité des trois types de dispositifs. Une observation précise et objective du comportement sera donc réalisée pour déterminer le pourcentage de fumeurs qui jettent leurs mégots avant et après installation de chaque dispositif. Cette évaluation permettra de déterminer si un développement plus conséquent est à envisager.

[LE RECYCLAGE]
Les mégots collectés seront envoyés à la filière de recyclage Terracycle en Lozère. Généralement brûlé dans un incinérateur, le mégot est pourtant 100% recyclable. Le tabac, le papier et les cendres sont compostés. L’acétate de cellulose, qui compose la matière du filtre, est quant à lui transformé en plaque d’isolation ou palette industrielle.

[UTILISATION DES FONDS]
Les fonds seront majoritairement utilisés pour financer :
- la fabrication ou l’achat des dispositifs
- la campagne de sensibilisation et de communication
- l’envoi des mégots à la filière de recyclage

Terre Plus Verte

Localisation : Strasbourg

Les dispositifs ludiques et innovants de Pose Clope permettent de réduire le nombre de mégots jetés par terre de manière efficace, et donc de limiter leurs effets néfastes sur l’environnement. De plus, ils s’inscrivent dans une démarche d'économie circulaire : le déchet redevient ressource.
Retour aux projets